Parcourir la ville pour comprendre le quotidien des Ploumagoariennes et des Ploumagoariens.

Les membres de «Ploumagoar en commun» ont décidé de faire les parcours usuels et quotidiens des habitants pour mieux comprendre les problématiques, les aménagements à améliorer, les besoins réels des riverains. Guillaume Bâtard nous présente la dernière déambulation des candidats.

[photo] Guillaume Bâtard ● Candidat sur la liste Ploumagoar en commun
Guillaume Bâtard candidat

Les membres de la liste ont choisi de mettre en place des « déambulations ». Il s’agit de faire les parcours usuels et quotidiens des habitants. Nous n’avons pas la prétention de tout connaître sur tout. Il nous faut prendre le temps de nous arrêter devant les problématiques, les aménagements à améliorer, les besoins réels des riverains. Par la même occasion, nous aurons l’opportunité de rencontrer et d’écouter les habitants chez eux, dans leur rue, au cours de leur parcours de tous les jours.

 

Sur le cheminement qui va de Locmaria au Bourg

Pour la première déambulation nous avons parcouru par le cheminement qui va de Locmaria au Bourg. Force est de constater que les aménagements mis en place sont minimes et à refaire. Des potelets en bois jalonnent la route pour indiquer l’espace dédié aux piétons. Pourtant, des trous, des poteaux et des ornières sont constatés tout au long du chemin, ce qui le rend impraticable au quotidien et inadapté notamment aux personnes âgées.

Par ailleurs qu’en est-il des cyclistes ? Pour ce qui est de la circulation automobile, le groupe a pu constater deux passages où il serait bon de réduire la vitesse pour pouvoir garantir plus de sécurité pour les déplacements doux mais surtout pour les riverains.

Faire les parcours des scolaires au quotidien

Le deuxième parcours proposé par les candidats de « Ploumagoar en commun » fut la visite de l’ensemble des équipements scolaires (crèche, écoles) et sportifs. Outre le fait que l’ensemble de la circulation sur la rue de la poste est catastrophique, inadaptée et très risquée (Cela deviendra une priorité des réflexions de l’équipe). Nous avons partagé un diagnostic : celui d’une superposition d’espaces et d’équipements sans lien urbain et encore moins humain. Par exemple un passage couvert a été fermé, ce qui oblige les familles à emprunter l’entrée dangereuse du parking pour rejoindre le chemin piéton. Autre constat alarmant : aucune liaison sécurisée entre ces équipements et le bourg. Pourtant il s’agit d’un parcours réalisé de manière hebdomadaire par les enfants des écoles pour rejoindre la médiathèque et Ploumexpo.

Rencontrons-nous et échangeons !

Si vous croisez un groupe de personne qui parcourt la ville et ses hameaux en discutant n’hésitez pas à nous montrer, nous expliquer votre quotidien et votre perception de notre ville.

À nous de travailler avec vous pour Ploumagoar en commun.