De la parole aux actes – Épisode 7 l’année 2020

Revivez la vie de la municipalité de Ploumagoar, racontée par les élus de la « Gauche Unie » à travers quelques épisodes de débat.

Après les épisodes 1, 23, 4, 5 et 6 concluons l’aventure de la décennie de Bernard Hamon à la tête de la commune.

Année 2020

Lors du dernier conseil municipal du mois de février, le Maire explique que la dette a doublé en raison d’imprévus.

 

Pourtant la construction de la chaufferie bois et celle de la nouvelle école maternelle étaient bien inscrites dans le programme de la majorité pendant sa campagne de 2014.

La majorité s’engageait dans le même temps à respecter le niveau de la dette.

 

Nous aurions même pu imaginer que le renoncement de la salle des jeunes et du sport vienne réduire le niveau de la dette.

 

A moins d’avoir les yeux plus gros que le ventre et d’oublier que la réalisation des projets exige des moyens adaptés : cela s’appelle une programmation pluriannuelle d’investissement.

Car gouverner c’est prévoir.

[Fin]

 
 

Découvrez les candidats

Découvrez les membres de la liste : 15 femmes et 16 hommes aux compétences diverses et complémentaires, issues de tous les secteurs de la commune »

Rejoignez le comité de soutien

Affichez votre soutien à la liste et relayez les projets de Ploumagoar en commun
Consultez la liste des soutiens

Contactez-nous

Envoyez-nous un message,
faites vos propositions pour Ploumagoar, posez nous vos questions

De la parole aux actes – Épisode 6 l’année 2019

Revivez la vie de la municipalité de Ploumagoar, racontée par les élus de la « Gauche Unie » à travers quelques épisodes de débat.

Après les épisodes 1, 23, 4 et 5 revenons sur l’année 2019.

Année 2019 : Quand le bon sens rejoint les idées de la minorité.

A l’occasion de l’installation du nouveau conseil municipal des jeunes, ces derniers sont invités à exprimer leurs attentes et besoins : l’action de la minorité se trouve confortée par la jeune génération qui demande la mise en place d’un chauffage dans la salle omnisports, l’amélioration de l’éclairage public et la sécurisation des voies de déplacements.

 

C’est ensuite la chambre régionale des comptes qui vient conforter la position de la minorité ; nous avions choisi de nous exprimer sur ce rapport dans le bulletin municipal d’automne. La majorité ne souhaitant pas avoir à se justifier a tout bonnement préféré ne pas distribuer le bulletin. L’année 2019 n’aura donc connu qu’une seule publication de bulletin ( numéro 41 en avril ).
La méthode est brutale et radicale. Nous vous proposons ci-dessous de découvrir la page de bulletin censurée dans son intégralité.

é

La chambre régionale des comptes conforte la minorité municipale.

La gestion de la commune vient de faire l’objet d’un examen de la chambre régionale des comptes.
Cette instance souligne que notre commune est la 15ème la plus peuplée du département des Côtes d’Armor et la 2ème de l’arrondissement de Guingamp.



Depuis de nombreuses années, notre groupe de la minorité demandait une planification des travaux car les promesses électorales de la majorité municipale étaient nombreuses et nous savions, tous, qu’il ne serait pas possible de toutes les réaliser compte tenu des moyens dont dispose la commune. Très justement, la chambre relève que les « taux de réalisation des dépenses d’investissement sont faibles … et que si les aléas de réalisation sont compréhensibles, il reste particulièrement pertinent de se doter d’un outil de programmation adapté tel qu’un plan pluriannuel d’investissement ».


Avec notre insistance, la majorité s’était résolue à rédiger un plan en 2018 qui ne nous avait pas du tout satisfaits ;

l’appréciation de la chambre des comptes est plutôt cinglante : « la commune a élaboré un document très sommaire en 2018 : même s’il est dénommé PPI, il ne saurait en tenir lieu ».



Comme nous l’avions dénoncé, la politique d’investissement ne fait l’objet d’aucun pilotage.



Malgré la promesse de la majorité de rendre les finances de la commune dans une aussi bonne situation que celle de 2008, l’appréciation de la chambre régionale sur l’encours de la dette accrédite ce que nous disons depuis plusieurs années : « le taux d’endettement ( rapport entre la dette et les produits de fonctionnement ) atteint 103%, soit un niveau bien supérieur à la moyenne ( 73% ) ».



Dans ce même rapport, il est recommandé à la commune de revoir sa procédure de commandes publiques afin de maîtriser les achats.


Les autres communes du territoire optimisent leurs ressources pour offrir à leur population un cadre de vie de qualité et des services en proximité ; et s’il le faut ils n’hésitent pas à mutualiser. Mais à Ploumagoar, la majorité ne veut pas s’y résoudre. Elle s’était opposée au projet de coopération intercommunale en juillet 2016. Sur le sujet du centre de loisirs, et bien que des enfants ne puissent être accueillis faute de place, la majorité a voté contre la mutualisation lors du conseil du 12 juillet dernier.



Nous sommes en droit d’attendre une plus grande implication de nos élus dans l’utilisation raisonnée des deniers publics. L’action publique de Ploumagoar, avec ses 5500 habitants, et son rang de 15ème commune du département est observée ; Ploumagoar mérite plus l’ouverture d’une locomotive que de vivre reclus.


Les élus de la minorité de Ploumagoar.

Prenez connaissance du rapport de la chambre régionale des comptes sur la commune de Ploumagoar.

[A suivre…]

 
 

lire les autres épisodes de la série

Découvrez les candidats

Découvrez les membres de la liste : 15 femmes et 16 hommes aux compétences diverses et complémentaires, issues de tous les secteurs de la commune »

Rejoignez le comité de soutien

Affichez votre soutien à la liste et relayez les projets de Ploumagoar en commun
Consultez la liste des soutiens

Contactez-nous

Envoyez-nous un message,
faites vos propositions pour Ploumagoar, posez nous vos questions

De la parole aux actes – Épisode 5 les années 2017 & 2018

Revivez la vie de la municipalité de Ploumagoar, racontée par les élus de la « Gauche Unie » à travers quelques épisodes de débat.

Après les épisodes 1, 23 et 4 revenons sur les années 2017 et 2018.

Année 2017 : Le temps du Cumul

Le 1er magistrat cumule les fonctions de Maire, de Vice-Président à l’agglomération et de conseiller départemental après avoir pris la suite du député « la république en marche » Yannick KERLOGOT .

 

NEUF OU ANCIEN : le juste compromis.

  • Les discussions sont nourries autour de l’entretien des anciens quartiers, de la rénovation de la salle omnisports, véritable serpent de mer. Le rendez-vous annuel du repas des aînés vient nous rappeler l’inconfort thermique et sonore de cette salle.
• L’incapacité de la majorité à valider un plan d’urbanisme, toujours jugé non conforme, placent de nombreux propriétaires dans l’insécurité NOUS conduit à espérer une sortie par le haut grâce à l’agglomération en charge d’un PLU intercommunal.
La souscription surprise d’un emprunt de 400.000 euros sans dépense nouvelle mais uniquement pour assurer l’équilibre des comptes d’investissement. La majorité qualifiera ce crédit « d’un emprunt de confort ». Cette décision vient contredire la promesse maintes fois rappelée ne pas augmenter les impôts ni de faire appel à l’emprunt.
• Tout crédit ne doit-il pas être remboursé ?
• Année de mise en place de la nouvelle intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération ( qui regroupe 7 communautés de communes et non plus 5 comme longtemps imaginé ) par l’alliance politique de Bernard HAMON, Président de Guingamp Communauté et Jean- Yves De Chaisemartin, Président de Paimpol-Goélo qui ont souhaité ce périmètre.

Année 2018 : La censure s’élargit.

Agacée par les vérités que la minorité dénonce dans le bulletin municipal, la majorité emploie les moyens radicaux :

Suppression de la parution du bulletin d’information qui suit le vote le budget, privant ainsi les élus de la minorité de leur droit d’expression et d’explication.

• S’ajoute à cette disposition, la réduction de moitié de l’espace réservé à la minorité pour les numéros maintenus. C’est même la double peine qui s’applique car dans le même temps la majorité utilise l’espace libéré par une expression politique.

Évolution de l’encours de la dette en Million d’Euros

Runanvizit en ébullition.

On se souvient des circonstances contestées de l’aménagement de la zone commerciale du Runiou ; il s’agit d’assurer la desserte et la sécurité des déplacements vers ces différents magasins. De nombreux piétons doivent traverser des voies d’accès et de sorties de la 4 voies nationale 12 pour se rendre dans cet espace commercial. Nous comptons bien entendu sur l’influence du Maire qui cumule sa fonction avec celles de conseiller départemental et de vice-président à l’agglomération, après avoir été Président de Guingamp Communauté et à l’origine avec sa majorité du choix d’installer des enseignes commerciales à cet endroit.
Si les ronds-points de doivent pas devenir les centralités, il convient de sécuriser les déplacements par un éclairage adapté et des espaces bien définis pour les différents usagers. En mars 2020, la sécurité n’est toujours pas assurée.

La base logistique «LIDL» et ses 130 salariés annonce un probable départ.

L’annonce officielle vient conforter la rumeur : faute de solution et d’engagement des élus locaux, la présence de cette grande entreprise que nous devons à un ancien Maire de Guingamp, est remise en cause. C’est un véritable traumatisme pour les familles qui y travaillent et vivent à proximité. À cela s’ajoute une très mauvaise nouvelle pour le territoire puisque l’entreprise fait savoir que 50 nouveaux emplois nous échappent dans ce projet. Dans le même temps, le territoire voisin Leff Armor se réjouit de cette future arrivée qui procurera aussi une richesse fiscale évaluée à 1,6 million d’euros pour réaliser des projets afin de bien accueillir toutes les familles qui viendront nécessairement s’établir en proximité. Ces moyens financiers s’évaporent pour notre territoire.

 

 

Le maintien de cette entreprise à Ploumagoar méritait d’être défendu et cela n’a pas été le cas.

[A suivre…]

 
 

lire les autres épisodes de la série

Découvrez les candidats

Découvrez les membres de la liste : 15 femmes et 16 hommes aux compétences diverses et complémentaires, issues de tous les secteurs de la commune »

Rejoignez le comité de soutien

Affichez votre soutien à la liste et relayez les projets de Ploumagoar en commun
Consultez la liste des soutiens

Contactez-nous

Envoyez-nous un message,
faites vos propositions pour Ploumagoar, posez nous vos questions

De la parole aux actes – Épisode 4 les années 2015 & 2016

Revivez la vie de la municipalité de Ploumagoar, racontée par les élus de la « Gauche Unie » à travers quelques épisodes de débat.

Après les épisodes 1, 2 et 3 revenons sur les années 2015 et 2016.

Année 2015 «Chaud puis froid ou 1 pas en avant 2 en arrière ?»

Le feuilleton interminable du Plan Local d’Urbanisme se poursuit : la procédure engagée auprès du tribunal administratif exige une nouvelle provision d’argent public (30.000 euros supplémentaires ).


« à quoi bon isoler une salle des sports ? »
Bernard Hamon et la majorité
2015

 

La majorité se déclare soudainement favorable à la mutualisation des centres de loisirs et de la compétence « culture » après 7 années de lutte acharnée. Simples effets d’annonce car ces déclarations ne seront pas suivies des faits.
Une nouvelle fois, le sujet de la salle omnisports s’inscrit dans les débats. La réponse de la majorité reste ferme : « à quoi bon isoler une salle des sports ? » Les ainés, les scolaires, les enseignants, les associations et tous les usagers apprécient.
Une étude sur le niveau d’endettement des communes classe la commune au rang 885 sur 1057 villes de 5000 à 10 000 habitants.
La majorité admet que « seul un réaménagement de la dette permettra une bouffée d’oxygène » pour emprunter et réaliser de nouveaux investissements ». Et cela malgré la décision de ne plus construire la maison de la jeunesse et du sport pour lequel un budget de 510 000 euros était inscrit.

Année 2016

« nous continuerons d’être rigoureux sur nos dépenses »
Bernard Hamon Maire de Ploumagoar
2016

Le maire annonce : « nous continuerons d’être rigoureux sur nos dépenses ».

Info ou intox ?

Cà et là, dans un esprit de coopération et de responsabilité, les communes poursuivent les mutualisations avec leurs voisins afin de maîtriser les dépenses.
Dans le « microcosme Ploumagoarien » dans lequel s’imagine la majorité, on préfère, souvenons nous en, d’un rapprochement entre les communes de Ploumagoar et de Saint-Pever.

Déjà la 3ème année du mandat : des doutes émergent déjà sur la réalisation des promesses électorales. C’est le moment choisi par notre groupe pour demander, au groupe de la majorité, à connaître la planification des projets sur la deuxième moitié du mandat.

Diagnostic 2020 : Où en sommes nous des réalisations encore promises en 2016 ?

Un bâtiment classe nature dans le bois de Kergré : toujours pas réalisé en 2020.
Un « parcours santé » pour les séniors : absent.
L’aménagement d’une liaison douce entre le bourg et Locmaria qui tarde à offrir la sécurité attendue d’une liaison piétonne : en chantier.
Un plan local d’Urbanisme annulé le 12 mars 2009 qui n’est pas corrigé : toujours en instruction.
L’installation de nouveaux commerces au centre-bourg pour étoffer et aider les commerces déjà en place : rien bien au contraire.
La prise en compte des anciens quartiers : complètement oubliés.
La mise en œuvre d’un plan d’accessibilité pour tous, et a fortiori pour les personnes en situation de handicap, pour l’ensemble des bâtiments accueillant du public : engagée.
L’isolation thermique, phonique et l’installation d’un chauffage dans la salle omnisports : une soufflerie d’appoint peu économe est utilisée de temps en temps.
Le recrutement d’un éducateur sportif : oublié.
La réhabilitation du terrain de tennis : oublié.
L’achat et la mise à disposition d’un bus pour nos associations et nos ainés : oublié.
La construction d’une maison de la jeunesse et des sports : égarée.
L’équipement de l’ensemble des salles communales à un accès internet : toujours pas réalisé.
Une maîtrise rigoureuse du budget en évitant d’augmenter la pression fiscale : instauration d’une taxe sur les abris de jardin et une autre sur les compteurs provisoires et augmentation de la dette malgré les différents renoncements qui auraient dû améliorer la situation.

Pour mémoire, si nous jetions un œil sur la profession de foi des candidats de la liste Hamon en 2014 ?

[A suivre…]

 
 

lire les autres épisodes de la série

Découvrez les candidats

Découvrez les membres de la liste : 15 femmes et 16 hommes aux compétences diverses et complémentaires, issues de tous les secteurs de la commune »

Rejoignez le comité de soutien

Affichez votre soutien à la liste et relayez les projets de Ploumagoar en commun
Consultez la liste des soutiens

Contactez-nous

Envoyez-nous un message,
faites vos propositions pour Ploumagoar, posez nous vos questions

De la parole aux actes – Épisode 3 les années 2013 & 2014

Revivez la vie de la municipalité de Ploumagoar, racontée par les élus de la « Gauche Unie » à travers quelques épisodes de débat.

Après les épisodes 1 et 2 revenons sur les années 2013 et 2014.

Année 2013 : l’esprit de responsabilité.

La majorité accède à la revendication des élus de la gauche d’appliquer le dégrèvement de la taxe d’habitation que la loi autorise pour les foyers abritant des personnes en situation de handicap.

 

2013 est aussi l’année où la dette atteint un pic.

Évolution de l’emprunt de 2001 à 2013

Année 2014 : l’année de la raison ?

«Il faudra procéder à des arbitrages pour ne pas augmenter les impôts ni avoir recours à l’emprunt et ainsi contenir la dette.»
Bernard Hamon et la majorité
2014

«Il faudra procéder à des arbitrages pour ne pas augmenter les impôts ni avoir recours à l’emprunt et ainsi contenir la dette » écrit la majorité en ce début d’année 2014.

La décision de la caisse nationale d’allocations familiales de ne plus subventionner les communes qui refusent l’instauration de tarifs dégressifs contraint la majorité à envisager leur mise en place pour l’accueil de loisirs des mercredis et des vacances. C’est une demi-victoire pour nous car nous aurions aimé qu’ils s’appliquent également aux frais de cantine et de garderie.

Renoncement :

le 12 mai, le maire annonce le démarrage imminent du chantier de la maison des jeunes et du sport. Rattrapé par le principe de réalité sur un projet pour lequel aucun plan de financement n’a été imaginé, la majorité déclare quelques semaines plus tard qu’il convient de différer ce projet.

Contrairement à ses engagements de ne pas augmenter les impôts, la majorité instaure la taxe d’aménagement qui pénalise en premier lieu les jeunes ménages. Malgré la vive protestation des élus de la minorité, cette taxe est mise en place.

[A suivre…]

 
 

lire les autres épisodes de la série

Découvrez les candidats

Découvrez les membres de la liste : 15 femmes et 16 hommes aux compétences diverses et complémentaires, issues de tous les secteurs de la commune »

Rejoignez le comité de soutien

Affichez votre soutien à la liste et relayez les projets de Ploumagoar en commun
Consultez la liste des soutiens

Contactez-nous

Envoyez-nous un message,
faites vos propositions pour Ploumagoar, posez nous vos questions

De la parole aux actes – Épisode 2 les années 2011 & 2012

Revivez la vie de la municipalité de Ploumagoar, racontée par les élus de la « Gauche Unie » à travers quelques épisodes de débat.

2011 marque la 4ème année du mandat.

« Notre seul but est de respecter les promesses de campagne tout en respectant scrupuleusement les équilibres communaux...»
Bernard Hamon et la majorité
2011

A cette occasion, la majorité affirme que son « seul but est de respecter les promesses de campagne tout en respectant scrupuleusement les équilibres communaux. La rentrée de septembre 2011 marquera les gros travaux du mandat :

– la construction de l’école maternelle.

– la construction de la maison des jeunes et du sport.

– la construction de la chaufferie bois.

– l’aménagement de la rue des écoles. »

 

Trois de ces quatre projets ont vu le jour ; cependant la « maison des jeunes et du sport » un temps différée est même partie aux oubliettes.

2012, une année de friction budgétaire.

Sans parler de rigueur budgétaire, les collectivités sont invitées à maîtriser leurs dépenses de fonctionnement et d’investissement. Elles sont donc encouragées à programmer leurs opérations dans le temps et à mutualiser à chaque fois que cela est possible.
Les débats sont parfois vifs car la mutualisation à laquelle s’est opposée la majorité en 2010 aurait permis d’optimiser les ressources.
À cela s’ajoutent plusieurs approximations financières qui ont de lourdes conséquences pour le budget de notre commune :

•  Facture supplémentaire de 25.000 euros pour le plan local d’urbanisme.

• Toit végétalisé de l’école oublié dans le marché : + 56.000 euros.

Aménagement du bois de Kergré : + 65.000 euros pour un dossier de subvention « mal » ficelé.

• Eclairage des champs le long de la route de Kergré :
inscription de 80.000 euros.

 

Ces sujets ont nourri des désaccords car nous défendions d’autres priorités.

 

[A suivre…]

 
 

lire les autres épisodes de la série

Découvrez les candidats

Découvrez les membres de la liste : 15 femmes et 16 hommes aux compétences diverses et complémentaires, issues de tous les secteurs de la commune »

Rejoignez le comité de soutien

Affichez votre soutien à la liste et relayez les projets de Ploumagoar en commun
Consultez la liste des soutiens

Contactez-nous

Envoyez-nous un message,
faites vos propositions pour Ploumagoar, posez nous vos questions

De la parole aux actes – Épisode 1 l’année 2010

Revivez la vie de la municipalité de Ploumagoar, racontée par les élus de la « Gauche Unie » à travers quelques épisodes de débat.

Démarrons cette série par l’année 2010 qui voit Bernard HAMON, nouveau Maire, afficher les priorités de sa majorité :

«La vitalité d’un centre exige une volonté affirmée et une énergie ciblée.»
Bernard Hamon
nouveau maire 2010

Il convient de reconnaître que la majorité n’a trouvé ni la volonté ni l’énergie pour assurer la vitalité de notre cœur de bourg.

On ne peut pas à la fois encourager les installations commerciales en périphérie et regretter la désertification du centre-bourg.

Dix ans plus tard, le chantier est important.

 

«La révision du Plan Local d’Urbanisme sera menée, 60 hectares de réserves constructibles existent.»
Bernard Hamon
nouveau maire 2010

Les différentes procédures engagées auprès du tribunal administratif ont eu raison du Plan Local d’Urbanisme.

Incapable de remettre un dossier conforme, nous devons compter en 2020 sur l’agglomération pour rétablir un plan d’urbanisme.

La construction de l’école maternelle

Ce projet a rassemblé l’ensemble des élus de notre commune et il s’agit d’une belle réalisation répondant aux attentes des familles de Ploumagoar ; il figurait d’ailleurs dans les promesses de campagne des différents candidats en 2008.

Nous pouvons cependant regretter certaines approximations financières avec l’oubli du coût du toit végétalisé nécessitant un prêt beaucoup plus important et nous aurons l’occasion d’y revenir.

La sécurisation de certaines voies d’accès au bourg

Le sujet des voies douces fait l’objet de vives discussions depuis de nombreuses années, la réalisation de la voie nouvelle qui relie le quartier de Runanvizit ( par la rue de Roglazou ) au cœur de bourg, aux écoles et aux équipements sportifs lors du mandat 2001-2008 sans intégrer de pistes cyclables distingue une sensibilité différente à ce sujet. En 2020, seule la route de Corlay offre un aménagement adapté.

« La culture est chez nous et doit rester chez nous »
Bernard Hamon et la majorité
2010

2010 est également l’année ou les conseils municipaux sont invités à se prononcer sur les mutualisations possibles avec nos communes voisines ;
malgré notre argumentation le groupe de la majorité s’oppose :

 

  • ♦  A la mise en commun des équipements sportifs et leur maintenance.
  •  
  • ♦ Au partage de la compétence « culture » et l’encouragement à l’enseignement des pratiques artistiques et culturelles d’intérêt communautaire ( exemple de l’école de musique ).
  •  
  • ♦ La majorité affirme même que la « culture est chez nous et doit rester chez nous ».
  •  
  • ♦  A la mise en place d’un centre de loisirs d’intérêt communautaire afin d’offrir une solution d’accueil à un maximum d’enfants.
  •  
 
  • Nous verrons tout au long de la décennie qui suivra que cette position conservatrice n’aura pas été sans conséquences.
 

[A suivre…]

 
 

lire les autres épisodes de la série

Découvrez les candidats

Découvrez les membres de la liste : 15 femmes et 16 hommes aux compétences diverses et complémentaires, issues de tous les secteurs de la commune »

Rejoignez le comité de soutien

Affichez votre soutien à la liste et relayez les projets de Ploumagoar en commun
Consultez la liste des soutiens

Contactez-nous

Envoyez-nous un message,
faites vos propositions pour Ploumagoar, posez nous vos questions